SI
DEN
CES

RÉSIDENCES
2020/2021

2019/2020

2018/2019

2017/2018

2016/2017

2015/2016

2014/2015

2013/2014

2012/2013

Cie Aniaan I Lise Dusuel

Aniaan, en référence au dialecte Baoulé, dominant à Abidjan lorsque la chorégraphe Lise Dusuel y est née en 1992. «Aniaan» signifie famille et par ce terme, la compagnie souhaite mettre en avant les valeurs qui s’y rattachent et coller à la forme qu’elle impose, non pas comme un tout homogène et infaillible mais plutôt comme un ensemble de personnes, plus ou moins proches les unes des autres, qui cohabitent ensemble pour un temps. Ces individus s’apprivoisent, se valorisent, se tirent vers le haut, sont bienveillants les uns envers les autres mais pas que... Ils confrontent leurs opinions, proposent différentes issues aux problèmes,mettent en avant leur identité et s’émancipent par leurs différences. Voilà ce que signifie «Aniaan» pour Lise Dusuel et c’est dans cette direction qu’elle souhaite amener ses équipes: former un ensemble dynamique dont la force est constituée des identités de chacun dans un climat bienveillant et porteur.

La compagnie Aniaan s’est créée en juin 2018, aboutissement de plusieurs projets indépendants et voit le jour en même temps que «Mirage», piècepour 6 danseurs mettant en valeur une écriture contemporaine appuyée par une technique de danse hip-hop.C’estavant tout l’envie de créer, de partager, de perdurer qui en est à l’origine. Elle se voudra être génératrice d’instants T, créatrice de moments à partager, laboratoire d’espace à définir...Et comme nos corps réagissent en fonction de leur environnement et des moment partagés, c’est par leur mise en mouvement que la compagnie souhaite évoluer, autour de la danse qu’elle se développera.

Très attachée aux démarches pédagogiques et à la transmission, lacompagnie souhaite également, en plus de ses projets de créations, mettre en place des ateliers, des masterclass et des projets pédagogiques permettant aux débutants de travailler les bases et aux initiés de se perfectionner et d’entrer dans des processus de création en conditions quasi-professionnelles.

Appuie-moi sur toi

Projet

Quelle est notre part d’implication dans le rapport à l’autre ? Accepte-on la responsabilité d’être celui qui porte, celui qui supporte ? Quel peut alors être l’impact de la disparition de l’un sur les autres ? Comment l’autre rebondi-t-il face à l’absence de l’un ?

Comme un jeu de construction ou un mécanisme aimanté, les rapports humains, caractérisés ici par les corps des danseurs, s’édifient, se désunissent, forgent de solides bases ou au contraire restent fragiles.

« Appuie-moi sur toi » est l’occasion de mettre en mouvement la nécessité de l’autre ou du moins le besoin de le savoir présent, la demande de soutien, l’obligation ou la contrainte de composer avec l’autre…

Les danseurs mettent alors en évidence des plateformes, des possibilités d’appuis, des mécanismes de déplacement, des mimétismes ou une énergie commune pour que chacun puisse trouver sa place. Place relative car l’absence de l’un chamboule le comportement de l’autre.

Cette pièce peut alors soulever la question suivante : quelle espace dois-je ou puis-je occuper pour m’écouter et exister tout en laissant à l’autre la place de s’exprimer ?

Distribution

Chorégraphie : Lise Dusuel
Danseurs interprètes : Steven Friconneau, Bérénice Picot, Lise Dusuel
Création lumière : Joé Défossé
Création musicale et arrangements : Hugo Sellam
Musique(s) existante(s) : Ocoeur « 1.11 »