SI
DEN
CES

Les accueils d’artistes offrent aux compagnies professionnelles un cadre de travail adapté mettant en valeur le chemin emprunté dans sa nécessité créatrice. Cette notion d’accueil est une réalité exigeante qui nécessite une écoute, une temporalité et un investissement sensible.

La ligne artistique de ce lieu de création est d’accueillir la diversité des esthétiques chorégraphiques et des autres disciplines artistiques.

RÉSIDENCES
2017/2018

2016/2017

2015/2016

2014/2015

2013/2014

2012/2013

Au paradis toujours plus vite

au paradis toujours plus vite a été fondée en décembre 2014 par le metteur-en-scène Raphaël tragin. la compagnie regroupe des acteurs artistiques autour de créations originales mêlant théâtre, danse, performance, musique, installation plastique, audiovisuel : pot-pourri pour gueuler.

à travers ses projets, la compagnie ne recherche pas forcément le sens mais bien plus la sensation provoquée par le contenu du plateau.

Elle frôle, souvent, les limites de l’indicible, de la provocation gratuite, du freak-show, du buzz loupé, de la catastrophe, du « no way » mais persévère à vouloir raconter.

Hervé Guibert, le message incompréhensible, 1990
Hervé Guibert, le message incompréhensible, 1990

J'ai laissé des traces de mon amour pour toi (partout)

Projet

24 juin : je romps avec lui.

26 juin : je pars avec un autre.

4 septembre : l’autre rompt avec moi.

6 octobre : lui rompt avec moi.

13 octobre : je me dis que cette histoire de merde, banale à crever, doit être racontée.

« Le projet se base sur des écrits auto-fictifs qui réinterprètent la relation que j'ai eu pendant 6 mois avec deux garçons. Encore une histoire de pédés, c'est bien plus une histoire d'Amour. L'enjeu du projet est de pouvoir saisir des principes relationnels récurrents dans les événements de la rencontre avec l'autre ; Ils parlent de notre rapport à l’autre dans le désir, de notre façon de se poser comme objet ou sujet du discours, de la consommation de la sexualité, de la notion de virilité ou de corps sexué, ça raconte le couple dans ce qu’il a d’attirant et de répulsif à la fois. »

Ce récit initial, nous allons le performer à travers nos corps agissants et subissants, dansés ou juste engagés, à travers une imagerie plastique, technique, poétique. Le texte est une base à la création. Son exploitation se fait par le récit sensible du plateau afin de réinventer le souvenir. Les corps, la scéno, le son, Les médiums sont utilisés brutalement, naïvement, pour approcher la justesse de ce qui a été vécu, et qui est désormais à transmettre.

Distribution

Raphael tragin - interprète/mise en scène

Baptiste saurin - interprète/plasticien

Gaelle camus - chorégraphe

Thomas grolleau - création sonore

Cécile trichet – dramaturgie